Matelots à la manoeuvre

« Et puisque j’ai le bonheur de savoir, dans cette salle, des jeunes hommes décidés à consacrer leur vie à la recherche historique, c’est avec certitude que je leur dis : pour faire de l’histoire tournez résolument le dos au passé et vivez d’abord. Mêlez vous à la vie. A la vie intellectuelle sans doute, dans toute sa variété. Mais vivez aussi d’une vie pratique. Ne vous contentez pas de regarder du rivage, paresseusement, ce qui se passe sur la mer en furie. Retroussez vos manches et aidez les matelots à la manœuvre. Est ce tout ? Non. Ce n’est même rien si vous devez continuer à séparer votre action de votre pensée, votre vie d’historien de votre vie d’homme ? Entre l’action et la pensée, il n’est pas de cloison. Il n’est pas de barrière. Il faut que l’histoire cesse de vous apparaître comme une nécropole endormie, où passent seules les ombres dépouillées de substance »

Lucien Febvre, Combats pour l’histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s